Silence

J’ai repris ma plus mauvaise habitude, j’ai arrêté d’écrire. Mais ma vie a encore une fois tourné à l’accumulation de problèmes. je vous laisse juger :

  • j’ai 3 semaines pour trouver une coloc sinon je suis à la rue car on ne loue pas un appart à quelqu’un qui n’a qu’un CDD voyons
  • Pour vivre, j’ai 3 employeurs, mais le principal est en dépôt de bilan
  • Pour raison administrative, je n’ai plus le permis de conduire jusqu’à février, pratique pour déménager

Des idées pour me sortir de tout ça? Un sourire à partager?

Publicités

Pierres précieuses

Comme quoi, le bonheur c’est peu de choses. Prenez ma situation présente. Au soleil, regardant le dernier match des World Series, une boisson. Un cocon construit dans l’instant volontairement loin de tout et surtout mais surtout pas de pensée pour ce tas de copies qui m’attend là-bas sur la table, ou pour ces cartons qu’il me faut terminer, ou même pour cet appartement qu’il me faut trouver. Les soucis, ce sera pour tout à l’heure. Pour l’instant, j’opte pour un moment de bonheur. Et je remercie le dieu Wifi qui me permet de suivre la course de l’astre solaire et mon match.

Mais quand on y réfléchit, elles sont si petites ces briques avec lesquelles on cimente ces instants. Avec elles, on choisit juste de frapper en direct dans notre pompe à endorphine. Pas d’intermédiaire, et en général, pas de partage. On peut être à côté de quelqu’un mais ces pierres de bonheur sont à nous. Pierres précieuses qui vont nous permettre de respirer et de faire briller à nouveau les jours à venir.

J’y retourne, mais si vous avez des pierres précieuses à me faire partager, n’hésitez pas.

Un bout de chemin illustré

Alors j’apprends (Merci Mel’…) que :

  • je suis enjoué ou aimant les bananes. Ou alors je suis un singe et un éléphant tout simplement (un éléphinge?)
  • J’emporte toujours mon mobile et je suis connecté aux autres et sociable (tant mieux pour vous, non?)
  • Je marche du côté obscur…
  • Je suis créatif, imaginatif
  • Je suis un poil tourné vers le passé
  • Je suis classe et élégant, si, si! J’ai même un titre pompeux si j’en crois ma carte de visite
  • J’aime les jeux

Bout de chemin illustré

Pour en savoir plus… Cliquez ici

Canapé

Ça y est, j’ai retrouvé mon sac à dos, mes chaussures et le canapé de mes amis.

Retour en arrière, retour à l’errance.

Je suis un sans domicile fixe, au sens premier. J’erre entre les appartements amicalement ouverts, je squatte les lits improvisés, je parle, je respire et j’essaye d’oublier les contraintes qui pèsent sur mon âme. Mon humeur semble vouloir limiter mon horizon mais ma prison de douleur s’ouvre sur une liberté qui me fait vibrer.

Sur la route, encore, pour le meilleur j’espère.

Des astres

Ce n’est pas que je ne m’y attandais pas. Non, j’étais prévenu de longue date maintenant. Les tables astronomiques étaient formelles. Mais ce retour m’a quand même frappé, avec un arrière goût d’apocalypse.

Devant mes yeux, se déroulait un étrange spectacle cosmique. Une comète vivante, toute de glace et de feu, me faisant fondre et éclater à chaque instant. La trajectoire de son sourire nourrissait mes peurs de ne pas pouvoir toucher terre à nouveau. Et ses bras, anneaux quelques instants autour de moi, comment ne pas me sentir perdu dans cet espace si doux? Mais elle n’est que de passage, elle a choisi une orbite fuyante. Elle s’éloigne de moi et je ne peux qu’observer les cataclismes que son passage déclenche en moi.

Demain, oui, demain je tenterai de m’écarter d’elle, de me réfugier sur un satellite lointain. Si j’arrive à échapper à son attraction.

Anesthésie

Je bois à la santé de ma douleur.

D’un verre, le seul que je m’accorde, je lui demande de se calmer. Mais qu’il est long ce breuvage à me guérir, même temporairement, de toi. Car il est là est le virus que j’ai attrapé. Je tremble de notre rencontre à venir. Te revoir. Mon coeur bondit d’impatience et mon âme hurle d’angoisse. Non que j’ai peur de toi, mais juste peur pour moi. Peur de voir mes veines glacées depuis que tu m’as quitté devenir torrents de lave avant de connaitre une nouvelle ère glacière. Mes émotions se réaniment quand tu t’approches, les souvenirs, les sentiments veillent avec soin à ma résurrection.

Mais d’expérience je sais que d’un geste, d’un mot, tu vas rouvrir ma tombe. Seul, dérivant sans comprendre, je finirai par y retomber jusqu’à ce qu’une attitude ou une phrase souffle sur mes braises. Oui, mon âme frémit à l’idée d’être encore phoenix sentimental. J’ai mal et je ne veux plus souffrir, mais mon coeur, lui, bondit toujours d’impatience. Seul ce liquide aux reflets rubis me permet de me calmer et d’écarter, un temps, l’idée qu’à ton contact, je vais me consumer vivant.

Premiers pas

Des mois, que dis-je des années sans un espace où écrire. Des années à garder pour moi mes joies, mes peines, tous les chemins, toutes les routes que j’ai empruntés. Mais là, les derniers pas sont si durs que je reviens au clavier. Réflexe naturel, retour au carnet de voyage de ma vie.

Oui, plutôt que lire, pourquoi ne pas recommencer à écrire. Le reste suivra peut-être, comme le sac à dos qui va bientôt retrouver mes épaules.

Sur la route encore. Ce n’était qu’une halte et celles de la vie se finissent souvent mal. Allez, un pas après l’autre. Celui-ci est le premier.

Malgré le départ douloureux, le voyage sera sans nul doute agréable alors joignez vous à moi. Pour quelques pas, pour quelques temps.

On the road again!!!